Derrière les trois portails d’une façade Renaissance inachevée due au Jovinien Jean Chéreau, se cache un des plus beaux édifices gothiques de 1’Yonne. Commencée dans la première moitié du XIIIè siécle, l’église Notre-Dame de l’Assomption fut complétée de nouvelles travées aux XIVè et XVè siècles, et achevée au XVIè siècle.

 

Intérieur (entrée ordinaire par la rue Pierret à droite de la façade):

Longue de 71 m., large de 10 m., et d’une hauteur sous voûte de 22 m., la nef centrale sans transept est un bel exemple de la maturité du style ogival. Bien que la construction des travées se soit échelonnée du XIIIè au XVIè siècles, l’ensemble présente une grande unité, chaque architecte ayant respecté le type de travée conçu par le premier maître d’œuvre; seuls les éléments de décoration (chapiteaux, fenestrages) datent l’évolution. Tout concourt à une sensation de légèreté et de luminosité (41 grandes baies dont 23 dans la nef centrale).

A voir:






dans le bas-côté droit, la verrière de la Vie de la Vierge (milieu XVIè) et la statue de la Vierge à l’oiseau (XIVè siècle);
la chapelle des Mariniers, dédiée à Saint-Nicolas avec sa verrière (XVIè siècle) et ses peintures murales (XVIIè siècle) évoquant la vie du saint;
dans le bas-côté gauche, près du chœur, verrière de l’Arbre de Jessé (XVIè siècle); statue de l’Ecce Homo (XIVè siècle);
Mise au Tombeau (XVIè siècle) avec un Christ en bois, réaliste et douloureux, du XIVè siècle.

Suite de la promenade